Background Image

Album

Le banc

Article Image

Mais refusant de travailler elle préférait la nécessité, la gêne de sa maigre pension, se plaignant toujours de ses mauvaises jambes , qui la portaient quand même aux domiciles de plus pauvres qu’eux pour y livrer des colis de charité, quand eux vivaient dans une baraque en bois et sans chauffage, elle qui ne fit jamais rien de ses dix doigts sinon égrener sans fin des chapelets pour le salut des autres et se tourner les pouces à longueur de journée, dès qu’elle posait ses fesses quelque part croisant ses doigts comme pour la prière et tournant à la folle allure des moulins à eau d’enfants ses pouces véloces, vaillants à ne rien faire, mettant tout son orgueil à ne rien faire, aucun travail, dans ce refus bête de la pauvreté, afin de se joindre aux dames de bonnes familles pour leurs expéditions de bondieuserie dont elle revenait confite de compassion, pleurnichant geignant sur la dureté de la vie qu’à d’autres qu’eux Jésus du Sacré-Cœur infligeait, quand son fils n’avait qu’une paire de souliers (précisément des galoches à semelle de bois), et pas une seule paire de chaussettes en hiver.
Dans la pente du toit, p.75